Un rire scintillant, des yeux écarquillés
Dans une mélodie chantée bien que rêvée
Et un éclat de voix dans un moment splendide.
La joie commande de se tenir intrépide

Elle peut être soufflée ainsi qu’une bougie
Mais aujourd’hui, cette jeunesse, elle en rougit,
Cette promesse éthérée, ce bonheur accessible,
Ce début éclairé, cette fin inaudible.

La quadrature est-elle si belle, si frêle
Que l’étincelle d’un éclair accidentel
Mais retenu depuis l’aube de nos destins.

Neptune en ces tempêtes arrêtera peut-être
Ce qui de nos chéries existences fait l’être,
Ce voyage en nous d’un Cupidon clandestin.