Cinq années

Là, le chant d’une pluie d »étincelle crépite
Puis s’évapore en cette gracieuse et prédite
Journée, désirée et de tant d’amour enfin
L’embouchure vers un océan de joies sans fin.

Clinquante de desseins, la route donc nouvelle
Bien qu’avec le même train, nous menant vers telles
De ces villes belles, de Vénus, d’Apollon
Construites, dans le seul air de notre passion.

C’est que dans ta longue chevelure chérie,
Je tends à m’installer, comme dans la prairie
La maison du berger sous un ciel étoilé.

Alors solidifiant les murs de l’édifice,
Qu’avec toi je sens aux jours de bonheur propice,
Je suivrai ce chemin rempli d’éternité.